Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2016

Nouvelles parutions du premier semestre 2016

Nouvelles parutions !

 

Forts de notre expérience de cinq ans à ce jour, nous poursuivons notre recherche de « néo-auteurs » suffisamment motivés pour passer à travers les fourches caudines de nos exigences et remettre cent fois l’ouvrage sur le métier.


En mai sont publiés trois ouvrages :

  • Filles rebelles du printemps oublié. Yan Messiez a rencontré une amie de ce mois de mai qui a déclenché chez lui le désir de faire vivre à trois générations de femmes et bientôt quatre une révolte profonde qui entraîne un mode de vie authentique.
  • L’Eden et le Bonsaï. Patrick Carn a un long passé de marin, et surtout de surfer, également il a été aussi baigné de la Bible ; il relit l’histoire d’Adam, Ève, Caïn, Abel et Seth à la lumière de l’attrait de la mer et de la liberté de jouer avec le vent en opposition avec l’ancrage matériel de la terre.
  • Les oiseaux noirs de Bagdad. Jean-Marc Bourdet, notre auteur amoureux de la Marine nationale, publie son sixième ouvrage (son quatrième aux Éditions Valeurs d’Avenir) où il est question d’un pilote de Rafale contraint de s’éjecter en terrain ennemi et fait prisonnier de Daesh. Chance ou malchance… mais je ne vous en dis pas plus.

Vous pouvez dès à présent commander l’un ou l’autre de ces trois ouvrages sur notre site : www.editionsvaleursdavenir.fr, aux prix de : Filles rebelles, 20 euros ; L’Eden et le Bonsaï, 12 euros ; Les oiseaux noirs de Bagdad, 15 euros.

 

Avec les Editions Valeurs d'Avenir, reprenez le goût de la lecture... de la saine lecture !

L'ordre naît du chaos

L’ordre naît du chaos

"La vérité, c’est qu’en dépit du préjugé commun, la démocratie politique n’a rien à voir avec la Liberté. Tout au long de l’histoire, depuis les Athéniens du ve siècle jusqu’aux États-Unis d’Amérique, en passant par la Genève de Calvin et l’Angleterre de Cromwell, les républiques n’ont jamais bien fonctionné qu’en milieu puritain, c’est-à-dire là où la bigoterie, le rigorisme, la sévérité des mœurs, la contrainte du collectif et la peur du qu’en dira-t-on remplaçaient avantageusement les mesures de répression traditionnelles. Quand le puritanisme disparaît, la démocratie se dégrade aussitôt. Le peuple redevient jouisseur, tricheur, râleur, avide, irresponsable, ingouvernable. L’esprit de revendication et de resquille se généralise, rendant inévitable le retour à la « manière forte ».

Pierre Gripari

 

Le capitalisme a besoin de consommateurs qui se croient libres ; il crée le concept de libéralisme et celui de libertarisme. Il affiche un impératif catégorique : « Fais et achète tout ce que tu désires qui ne gêne pas les gens qui t’entourent dans les seuls jours à venir ». En cachant bien sûr le résultat, qui est : « et après moi, le déluge ! »

Comte-Sponville définit avec une clarté éblouissante les quatre ordres de la vie humaine et en société : la technique, la politique, la morale et l’éthique. Il affiche une vérité absolue, qui est que la technique – qui n’a par définition pas de morale – fera tout ce qui est réalisable. Au mieux, elle est « bornée » par le politique, qui s’intéresse à la vie harmonieuse dans la cité. Mais le politique est humain, et régi lui-même, à l’instar de chaque citoyen, par ses besoins, ses pulsions ; à ce titre, il est prêt à mentir, à tromper, à abêtir, à subvertir pour satisfaire ses appétits. Donc, au mieux, il est borné par la morale, qui maintient l’unité du corps social. Cette morale est essentiellement circonstancielle, liée à la culture, aux traditions ; mais quand le capitalisme a transformé l’être humain en individu égocentrique, profiteur, jouisseur, tricheur, resquilleur, il n’y a plus de morale sociale, il n’y a plus de lien social et le chaos s’installe. Comment peut-on alors avoir même l’idée d’une éthique personnelle ! Ce ne sont certes pas nos politiques ou nos financiers qui vont nous montrer la voie de l’honnêteté et de la conscience propre. Où sont les exemples ?

Vous savez où sont les exemples ? Dans le salafisme ! Là les hommes sont prêts à combattre pour redonner à Allah ce qui lui revient, à adopter un style de vie frugal, à donner leur vie. Comme on peut comprendre la séduction qu’exerce le Coran quand les Églises chrétiennes ont été corrompues par l’argent et le pouvoir !

Et certains s’étonnent de la résurgence d’un besoin d’ordre !

D’autres ne s’en étonnent pas mais s’en inquiètent : l’oligarchie profiteuse qui maintient le peuple dans un état d’abrutissement de petit confort et de distractions et sent bien que cette résurgence l’exclurait de ses privilèges. Il convient donc de salir, de diaboliser toute entreprise de régénération du peuple, d’en présenter une image non d’ordre mais de dictature, de la qualifier de fascisme, de la disqualifier en un mot. Pour ce faire, toutes les techniques de manipulation sont bonnes : l’appauvrissement du langage dès l’école, la création d’une novlangue propagée par des médias aux ordres, le matraquage de mots valises qui n’ont aucun sens en dehors de leur répétition hypnotisante, un discours d’émotions et d’idées généreuses qui cachent la réalité d’une soumission au pouvoir de l’argent.

La technique fera tout ce qui est réalisable. Si les États-Unis d’Amérique perdent de leur puissance matérielle, financière et militaire, sa domination est incontestable, et croissante, dans le domaine des technologies de l’information et de la robotique. La Silicon Valley est le lieu de la puissance numérique, à la fois par la valorisation financière de ses fleurons (GAFA : Google, Apple, Facebook, Amazon) et par le dynamisme de ses équipes de R&D. Google nous promet la voiture autopilotée, le transhumanisme, les maladies éradiquées, la vie allongée à l’infini, l’homme-Dieu enfin indépendant des lois de la Nature. Google se contrefout de savoir à qui profitent ces moyens nouveaux, de l’inégalité croissante entre les puissants qui bénéficieront de techniques hors de prix et le reste de l’humanité ; elle prépare le Homo omnipotens.

Mais là n’est pas la question traitée ici. Nous parlons de politique et de qui décide pour le peuple, sa santé, sa sécurité, son bien-être, son développement.

Eh bien, nous savons que ce ne sont pas les politiques, qui sont aux ordres des puissants, des lobbies, des financeurs de campagne. Le seul avantage des étasuniens, c’est que, n’ayant aucun complexe à jouer avec l’argent, ils ne se cachent pas : les campagnes se jouent à coups de dizaines de millions de $ et tous les représentants du peuple touchent… disons des indemnités. Au moins il y a de la constance dans les décisions de leur gouvernement : défendre les intérêts de leur pays et de leurs puissants !

En France, nous avons trois sources de pouvoirs : l’énarchie, la franc-maçonnerie, la finance internationale, et elles sont liées. Le tout est de faire croire au bon peuple qu’on tient les rênes ; alors on vote le mariage pour tous, on diffuse la théorie du genre, on supprime la notation dans l’école, on suggère de légaliser la consommation de cannabis, etc., toutes mesures extrêmement utiles pour le bien-être du bon peuple. Évidemment, la bureaucratie étant à la base d’un pouvoir socialiste, tout est fait pour ne pas toucher aux intérêts des fonctionnaires et pour ne pas diminuer leur nombre, ce sont les pourvoyeurs de votes utiles (on ne va quand même pas imposer à l’État les règles qu’il édicte pour les entreprises : il est le premier employeur de CDD de longue durée renouvelables ad libidum et non taxés). Pour le reste, la distribution de petits cadeaux entre amis calme la fureur de marxistes et autres trotskistes qui préparent leur carrière dans les organisations d’étudiants et le syndicalisme, à la MGEN, et montent en grade au sein du GOF. Mais pour distribuer, il faut collecter, et il est démocratique de piller les classes moyennes (les riches font de l’optimisation fiscale) puisqu’elles sont moins nombreuses et que le gouvernement a raison puisqu’il est majoritaire à l’Assemblée nationale.

Mais les affaires de la France ne s’arrangent pas ; la réalité résiste aux incantations. Alors on tente de faire passer des lois : une nouvelle constitution par ci, une loi travail par là. La machine trotskiste veille, les frondeurs râlent, les jeunes, ignorants et manipulés, restent debout la nuit (et travaillent le jour). Le gouvernement avance de deux pas, recule d’un, deux ou trois pas, sans se rendre compte, comme l’écrit Hannah Arendt, que : « Politiquement, la faiblesse de l’argument du moindre mal a toujours été que ceux qui choisissent le moindre mal oublient très vite qu’ils ont choisi le mal ». Et on décrète que : « Ça va mieux, la France se redresse, les Français ne le voient pas mais le pays est sur la bonne voie ».

Pendant ce temps, les masses laborieuses souffrent, les petites gens peinent à assurer leur quotidien, les citadins craignent pour leurs vies, ils voient proliférer des cohortes de barbus et d’oiseaux noirs de la tête aux pieds, le monde agricole s’appauvrit… le peuple, quoi, celui dont l’utilité est de produire et de consommer pour alimenter l’oligarchie et dont le rôle est d’accepter son état de servage, comme hier, comme avant-hier, et de dire merci !

Eh bien le peuple n’est pas complètement stupide ; il constate que les frontières sont poreuses, que les terroristes sont aujourd’hui islamistes et d’origine étrangère pour la plupart, que les imams racontent des histoires à dormir debout, que les femmes musulmanes sont houspillées voire violentées si elles n’adoptent pas le niqab, que la pollution s’étend, que les espèces animales disparaissent des champs, des rivières et des mers, que l’école fabrique des chômeurs, que les industries du luxe se portent bien au bénéfice des riches étrangers et de quelques capitalistes habiles à l’optimisation fiscale, que les innombrables élus se votent des avantages inconsidérés, qu’il vaut mieux éviter de travailler pour bénéficier des cinq cents primes diverses et obtenir un pouvoir d’achat supérieur à celui qu’on aurait en s’abrutissant au SMIC, etc. 

Et encore n’a-t-il rien compris, ce peuple, du changement radical de société apporté par les technologies de l’information et la robotique, qui excluent inexorablement du marché du travail les individus sans qualification[1]. Bref, il n’y comprend plus rien, sinon que le travail est malsain et les patrons d’infâmes exploiteurs ; de temps à autre il se rebiffe, que peut-il faire d’autre quand il n’a plus d’espoir pour lui et encore moins pour ses enfants ? Alors il demande de l’ordre et de l’autorité, et encore n’a-t-il pas vu et compris non plus l’état d’assujettissement dans lequel la société de consommation le maintient par la propagande, les médias, la publicité, les médias, la téléréalité et – last but not the least – les emprunts qu’il a eu l’innocence de contracter, qui le livrent pieds et poings liés à son banquier.

Il demande de l’ordre et de l’autorité ; qui va les lui octroyer ? Les gens dits de gauche qui mettent la France en faillite (premier gouvernement Mitterrand), qui font des politiques de droite (deuxième gouvernement Mitterrand), qui font la danse de saint Guy (gouvernement Hollande) ? les gens de droite qui font des politiques de gauche (gouvernement Giscard d’Estaing), qui ne font rien (deux gouvernement Chirac), qui font du bling-bling (inutile de préciser !) ? des souverainistes (Chevènement hier, Le Pen aujourd’hui) ?

Et pourquoi pas un militaire ? Nous avons eu un chef d’État intègre, c’était le dernier, de Gaulle ; où trouve-t-on des gens intègres sinon dans les armées ? Faudra-t-il aller chercher un général en retraite ? un patriote qui n’a pas été cocooné dans les pouponnières administratives ? un général Tauzin[2] ? Ou bien un jeune loup qui n’a rien à perdre, un premier de classe, qui aurait fait ses études à Saint-Louis-de-Gonzague et qui aurait été major à Normale Sup’, énarque et ministre, un Bruno Le Maire[3]  par exemple ? Ou un autre, ni de gauche ni de droite et qui aurait été moins brillant mais de bonne extraction, énarque, banquier (rapidement enrichi – quelle horreur ! –) et ministre, un Young Leader[4] de la French-American Fondation et un bureaucrate qui n’est jamais allé au feu, un Macron ?

Nous voyons les différents pays d’Europe refuser le bazar de l’UE, pour ne pas dire le souk, où des fonctionnaires royalement payés et ne représentant que leurs partis et surtout pas le peuple sacrifient les intérêts des pays européens au bénéfice des grandes entreprises mondiales, importent des dizaines de millions d’immigrés de cultures et de traditions spécifiques au détriment des peuples de souche. Nous voyons ces pays s’insurger, dresser des frontières, réaffirmer la souveraineté et la culture nationales.

L’ordre semble renaître du chaos, pour le meilleur ou pour le pire.

 

 

 

 

 

[1] Le pilotage automatique des véhicules va mettre, dans les dix ans qui viennent, sept cent mille chauffeurs routiers au chômage aux USA, remplacer les filles de salle et les infirmières dans les hôpitaux…

[2] Lire Rebâtir la France, un projet présidentiel, général Didier Tauzin, Mareuil, 2016.

[3] Ne vous résignez pas ! Bruno Lemaire, Albin Michel, 2016.

[4] Autant dire repéré et formé par les USA pour être leur tête de pont en France et en Europe, et donc soutenu et mis en avant par les médias, aux ordres des puissants.

29/12/2015

Sermon de Noël 2015

Sermon de Noël 2015

Jean Taillardat, 25/12/15

 

L’athée que je suis s’est rendu à l’église hier au soir et a participé à la messe de la Nativité.

C’était un bonheur que de voir toutes les générations rassemblées dans l’église de mon village, autour d’un événement si ancien et insignifiant : la naissance d’un enfant dans un coin perdu de Palestine.

Il en est des mythes comme de tous les systèmes de croyances ; ils racontent des histoires que l’on a envie d’entendre, et que l’on crée au besoin.

Ainsi est née quelque part en Assyrie, dans le nord de la Syrie actuelle, l’idée d’un dieu unique ; cela se passait quelque deux mille ans av. J.-C. et n’avait pas grand-chose à voir avec la notion de Dieu-Râ créée par un pharaon pour asseoir son pouvoir, simple poursuite orientée des croyances animistes des hommes primitifs confrontés à la multitude des étoiles, des éléments et des événements. Cette idée a germé, puis fleuri sur une terre fertile jusqu’à être appropriée par une petite tribu qui en a fait son Dieu, son protecteur, son appui dans toutes les vicissitudes qu’elle a traversées. Cette tribu a transmis et affiné de générations en générations le message de son intimité avec ce Dieu exclusif ; ainsi est née la Bible, ou plus exactement la Thora, qui est pour les chrétiens le Pentateuque, les cinq premiers chapitres de l’ancien Testament.

Ainsi l’homme a réussi ce prodige de créer un Dieu qui lui offre les Tables de la Loi et qui accepte de les revoir lorsque le représentant de la tribu revient Le voir après les avoir cassées. Message extraordinaire de la confiance attribuée au Dieu tout-puissant envers sa créature, à qui il donne la liberté.

L’histoire ne s’arrête pas là ; elle nous raconte que dans la descendance de David est né à Bethléem, dans une étable, un enfant dans lequel Dieu s’est incarné. Un enfant qui a vécu sa vie d’homme, qui a ri, joué, pleuré, souffert, appris, qui a eu faim et soif, qui a mangé et bu, qui a partagé le pain et le vin avec les membres de sa famille, lui le premier-né de la fratrie. Cet enfant a grandi en âge et en savoir, au point qu’il a remis à leur place un certain nombre de docteurs de la Loi. Ce jeune homme avait une telle aura qu’il s’est attaché des disciples auquel il a transmis un message inouï : Dieu est amour ! Cet homme a proclamé : « Aimez-vous les uns les autres », « Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites », « Pardonnez les offenses », « Partagez le pain avec les pauvres », « Rendez grâce à Dieu des bienfaits qu’il répand sur vous »…

A-t-il dit, ou lui a-t-on fait dire, qu’il était le Fils de Dieu ? que toute personne qui voulait aller à Dieu devait passer par lui ? je ne le pense pas. Cet homme formé dans la tradition juive devait être un être exceptionnel, d’une foi inébranlable, d’un charisme puissant, d’une totale authenticité. Oui, il savait que Dieu était un dieu d’amour qui voulait l’homme debout, plein de Foi, d’Espérance et de Charité.

C’est ce que les premiers chrétiens ont porté par la parole et l’exemple ; c’est ce que tout homme de bonne volonté peut pratiquer : paix, don de soi, force morale, actions de grâce…

C’est ce que la civilisation occidentale a appris au long des mille ans de fréquentation des églises, des abbayes, des monastères et des couvents et qui a trouvé sa traduction politique dans La Déclaration des droits de l’homme et des citoyens.

Le message évangélique est à la base de notre civilisation occidentale ; il a rayonné partout dans le monde, où des communautés chrétiennes se sont installées, non par désir de conquête mais par soif de spiritualité pleinement humaine.

Pendant ce temps, des Églises ont fait du message un moyen de pouvoir, d’enrichissement et de conquête ; l’homme est homme, les églises sont humaines, faillibles, soumises aux passions humaines…

 

Au Moyen-Orient, à la fin du xvie siècle, un chef de tribu entend le message d’une secte judéo-nazaréenne porteuse du message chrétien et s’en fait le porte-parole. On l’appellera Muhammad, qui veut dire « béni soit », ou Mahomet, et il enseignera les tribus bédouines d’Arabie, au sein desquelles vivaient de nombreuses communautés juives et chrétiennes. Son message commença à être bien reçu mais, lorsque ses disciples voulurent convertir les habitants à sa doctrine, ces derniers le rejetèrent. Commença alors une guerre de religion, avec massacres et conversions forcées. Le message chrétien du début devint un message de combat contre les opposants. Les successeurs de Mahomet comprirent les bénéfices qu’ils pouvaient tirer d’une religion purement arabe et transcrivirent les messages de Mahomet dans un texte destiné à montrer le caractère unique et définitif de la religion du Dieu unique, dont Mahomet est le réceptacle. Ils écrivirent le Coran et les adiths, recueils - élaborés un à deux siècle après la mort du prophète - de la parole et des actes de Mahomet au même titre que les Évangiles, les évangiles apocryphes et les Actes des Apôtres récitent la vie et les messages de Jésus.

Dans l’islam, Moïse et Jésus sont les deux prophètes d’Allah et Jésus-Messie reviendra à la fin des temps pour juger les vivants et les morts.

 

En cette nuit de Noël donc sont réunis par leur croyance les chrétiens, les juifs puisque Jésus était juif et les musulmans qui lui accordent cette primauté de les recevoir au royaume des cieux. Les trois religions monothéistes portent de fait le même message d’un Dieu aimant son peuple, juif pour les uns, universel pour les deux autres.

 

Au-delà des tentations humaines d’utilisation des religions comme moyens pour les églises, pour les monarchies, pour les chefs de guerre, de renforcer leurs pouvoirs, ce que nous apprend la célébration de la Nativité, c’est bien ce message sublime : « Paix sur terre aux hommes de bonne volonté ».

 

À l’autre bout du continent eurasiatique, une autre civilisation reposait sur le respect dû aux ancêtres et à la nature, culture de paix, reprise par un Homme accompli, Bouddha. Pour lui et pour tous ceux qui le suivent, la Voie consiste à atteindre les Quatre États illimités : la compassion, l’amour, le non-attachement et la Joie. D’après le Dalaï-Lama, le message du Christ et celui de Bouddha se rejoignent sur l’Amour.

 

D’autres religions ont vu le jour et, pour certaines, ont disparu. Le concept majeur du shintoïsme est le caractère sacré de la nature. Le profond respect en découlant définit la place de l'homme dans l'univers : être un élément du grand tout. Il en est de même du Taoïsme, de beaucoup des religions indiennes de l’Amérique du Nord et du Sud. Elles sont des hymnes à la Nature, à la Terre/Mère et à la relation entre l’homme et tout ce qui l’entoure. À la base, ce sont des religions de paix et d’amour, et comment pourrait-il en être autrement tellement l’homme se voyait comme partie prenante de la Nature ? Oui, le réel est fait de construction et de destruction, de vie et de mort, de joie et de peine, mais ce que l’être humain peut faire de mieux, ce pourquoi il est fait, c’est pour apporter la Joie et l’Amour.

 

En cette fête de la Nativité, c’est ce message que nous pouvons porter et faire vivre dans une période particulièrement troublée, de tensions exacerbées, où les ferments de haine sont en train de semer la terreur, au Moyen-Orient, en Afrique, en Europe, dans le Caucase, sur le continent indien, en Asie, où l’impérialisme américain cherche à étendre sa domination sur le monde, où une puissante oligarchie veut imposer son ordre financier sur les peuples, où des fous qui se prennent pour Dieu imaginent un être humain tout puissant qui se passera de la Nature…

 

Paix aux hommes de bonne volonté, les hommes qui aiment les êtres humains et les êtres vivants plus que l’argent, la matière, la consommation, le pouvoir, la jouissance, les hommes qui sont portés par les valeurs chrétiennes : paix, don de soi, force morale, actions de grâce.