Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2013

Le pape François prône la Bonté comme vertu première

              Editions Valeurs d’Avenir…. Quand Jean-Yves B. nous présente son manuscrit : VERTUS, que faisons-nous ?

-  - Nous abriter derrière une hypothèse : il n’y a pas de lecteur !

-  - Bottes en touche : les vertus sont ringardes

-  - Nos excuses : André Comte-Sponville l’a déjà fait, et très bien avec le Petit traité des grandes vertus

-  - Prendre notre courage à deux mains – « qui ne tente rien, n’a rien ! » - et, surtout, « si nous ne le faisons pas, qui le fera » ?

Vos commentaires, chers lecteurs : êtes-vous prêts à vous intéresser aux VERTUS ?

05/02/2013

Un cadeau pour vous !

     Nous sommes très proches des dirigeants de l’ESS (Économie sociale et solidaire) et Jean-François Noubel qui prône l’économie du don – par opposition à l’économie de marché. L’économie de marché est câblée contribution/rétribution, vente/paiement, achat/paiement… alors que l’économie du don, si chère aux peuples premiers, fait le pari que le don fait gratuitement aujourd’hui recevra récompense et retour plus tard, sous une forme ignorée au moment du don. Wikipedia et un modèle d’économie du don, comme l’a été internet du temps de sa création. La mise en ligne et le téléchargement gratuit des œuvres de compositeurs/musiciens en est une manifestation. Si vous aimez ces œuvres, vous aurez à cœur de soutenir leurs créateurs, vous les ferez connaître, vous achèterez les supports, vous assisterez à leurs concerts.

Eh bien, c’est ce que nous vous proposons. Rendez vous sur le site de www.editionsvaleursdavenir.fr, téléchargez une, deux ou trois… des nouvelles de Camille Valleix et prenez plaisir à les lire. Si vous les aimez, vous en ferez profiter vos amis, vos proches et le nom de Camille Valleix apparaîtra au firmament… déclenchant un tsunami de ventes de ses ouvrages !

10/01/2013

Un monde de requin, l'édition ?

         Non, le monde de l’édition n’est pas un monde de requin, c’est un monde marchand. C’est la même chose, pensez-vous. Sans doute, on n’y fait pas de cadeau. Pire même, on se fiche comme d’une guigne de l’auteur en tant que personne, de plus en plus. L’auteur est un objet de bénéfices. Ça grogne en Allemagne dans le monde de la culture depuis que les actionnaires récents de la plus grande et la plus ancienne des maisons d’édition se battent pour « réduire la voilure », c’est-à-dire virer les auteurs non rentables pour ne conserver que les têtes de série promus à grand renfort de pub : bientôt, formatés par le marketing, vous serez, chers lecteurs condamnés à ne lire que Musso, Lévy, Ruffin, Nothomb… Heureusement que ce sont les meilleurs littérateurs du siècle ! 

14:46 Publié dans - Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur, marketing